Déjà 10 ans que notre club de dégustation existe. 10 ans qui sont passés à la vitesse de l'éclair quand on y pense. Que de chemin parcouru depuis les premières rencontres hésitantes, mais sincères, grâce à la volonté de chacun de découvrir ce monde du vin que nous connaissions peu voir pas du tout. Nous avons la prétention de le connaître désormais un tout petit peu plus, de façon plus détendue surtout, mais notre passion et le plaisir de nous retrouver chaque dernier vendredi du mois est intacte. Nos rencontres mensuelles se veulent ludiques, sans prises de tête : aucune course à l'étiquette. 126 dégustations plus tard (et près de 3000 bouteilles ouvertes), il fallait marquer le coup et c'est l'excellent restaurant l'Hostellerie d'Acquigny qui a accueilli la troupe, avec nos moitiés respectives... L'idée était d'apporter nos vins (tous en magnum) pour accompagner la remarquable cuisine préparée par Fanny et Eric Georget et son équipe. 

Morceaux choisis de ce repas...

DSC_6073Une sacré tablée !

DSC_6076Champagne Jacquesson 733 Dégorgement Tardif pour créer le passage

DSC_6077Bricoles apéritives

DSC_6082Snacké de lotte juste fumé, combava, patate douce, mangue et coco et Arbois 
la Mailloche 2009 de Bénédicte et Stéphane Tissot. Accord dantesque !

DSC_6089

DSC_6090

 

DSC_6087Noisettes de biche rôties aux baies de cassis, légumes oubliés et Valinière 2007 de Léon Barral, Cornas la Geynale 1998 de Robert Michel. Très beau Faugères 2007 au fruit éclatant, mais un peu trop puissant pour la biche. Superbe Cornas, parfait pour la bête.

DSC_6091

DSC_6092

DSC_6093

DSC_6108Quadrilogie de fromages de chèvre, Sancerre 2006 les Monts Damnés de Gérard Boulay :  
seule relative déception de cette soirée, empêtré dans des amers trop appuyés

DSC_6115Eclair caramel et noix (une petite tuerie) et Sauternes 1988 château Filhot (2 bouteilles)

DSC_6121

DSC_6128

Groupe2

On va la faire remise des prix, mais merci à tous ceux qui ont pu approcher de près ou de loin ce modeste club, pour tous ces bons moments, aux vignerons sans qui tout cela ne serait possible (quelques dizaines rencontrés), toutes ces côtes de boeuf sacrifiées et nos compagnes compatissantes. Vivement dans 10 ans !