Après être passés au Clos Naudin chez Philippe Foreau, nous aurons juste le temps de nous remplir le ventre et nous prenons la route pour Montlouis. Situé sur la rive gauche de la Loire, ce vignoble a longtemps couru après Vouvray, dont il n'est distant que de quelques kilomètres. Une des raisons qui font que Montlouis a rattrapé son retard sur la grande appellation Vouvray, c'est qu'elle dispose de talentueux vignerons, souvent jeunes qui à force d'un travail méticuleux à la vigne et aux chais, on effacé l'écart que pouvait représenter la supposée différence de terroir. Parmis ceux-ci, on citera Stéphane Cossais tristement disparu, François Chidaine, précurseur de cet essor avec Jacky Blot. On pourrait également parler de Valérye Mordelet et Jean-Daniel Kloeckle des Loges de la Folie qui complètent leur talent à la vigne par la mise en avant de l'appellation grâce à des balades en calèche. Et puis parce qu'on ne pourra pas tous les lister, ce sera Frantz Saumon qui nous ouvrira sa porte aujourd'hui.

DSC_0037

Avant d'en découdre avec le vin en 2002, Frantz était technicien forestier. Et puis, parce qu'il aimait le vin, et pour aucune autre raison, il a décidé de devenir vigneron. Pas facile à son âge de retomber dans une formation viti-oeno. C'est pourtant ce qu'il a fait à Amboise. Ses maîtres furent les rois du Gamay en la personne de Jean Foillard et Marcel Lapière. Rien que ça, il y a pire admettez-le !

Pour le raisin, Frantz Saumon exploite seul des parcelles de Chenin en agriculture Biologique sur 5 hectares, autour de Lussault Sur Loire, la dernière commune de l'appellation.
Nous prenons la voiture pour fouler la terre.

Ici, une parcelle d'argile à silex, qui regroupe des ceps de 35 millésimes et qui sont destinés à faire des vins au profil demi-sec.

DSC_0054

La pente est très douce et pourtant, le bas de parcelle contrairement à la partie haute, est jonché de silex. On ne peut plus apercevoir le moindre morceau de terre !

DSC_0038

Là, c'est ce qu'on appelle le marcottage. On rentre un sarment en terre : il donne du raisin dès la deuxième année.

DSC_0048

Concernant la vinification, Frantz est interventionniste, méticuleux. Auparavant, il laissait le vin se faire et bien souvent, il n'atteignait pas ce qu'il désirait. Maintenant, dès que le jus est entonné, il accompagne le vin jusqu'à l'étape ultime de la mise en bouteille. Il test, fais des essais avec différents tonneliers, différentes chauffes, avec des volumes de contenants différents. Les vinifications à tatillon lui permettent d'obtenir des cuvées au profil dissocié. Frantz s'amuse beaucoup, mais sérieusement et surtout naturellement. Par exemple, il n'y a pas d'emploi de produits phyto, insecticides, ni levurage, ni enzimage...

Retour au chai de Frantz, situé dans une cave de tuffeau. Nous goûtons ici le Clos du Chêne 2009, en cours 2d'élevage pendant 11 mois en cuve tronconique. Le Clos du Chêne, c'est un peu la cuvée phare de Frantz : des ceps vieux pour certain centenaires. Comme dans le reste de l'appellation, il est coutume de ne pas laisser faire les fermentations malo-lactiques, ce qui a pour effet de garder l'acidité et qui signe là un vin  tendu et rafraîchissant. Remarquez au passage la cuve tronconique. C'est un joli vin bien dessiné qui offre une fine trame boisée et une matière ample.

Le Petit Caporal, Montlouis 2007 (- de 2 g/l de sucres résiduels) : c'est un assemblage des vignes du vignoble. Le Petit Caporal a été mis au trou depuis 2008 pour augmenter les effectifs de la cuvée Minéral +. La matière est un peu moins riche que Clos du Chêne, mais agréable, et tendue comme il faut sur de beaux amers. Finale salivante. Bien +

Petit Caporal Montlouis 2006 (3,5 g/l) : des similitudes avec le 2007, mais avec un petit creux en milieu de bouche. La finale est un peu plus chaude aussi.

Clos du Chêne Montlouis 2008 (3,5 g/l) : petites touches boisées, peu appuyées qui confère avec la maturité du raisin un joli touché de bouche, quasiment crémeux. Longue finale qui ne manque cependant pas de peps ! Bien +

DSC_0062Frantz sait que la demande est plus importante que l'offre. Aussi, pour augmenter aux 18 000 bouteilles issues du domaine, il a développé une petite activité de négoce de raisin qu'il vinifie ensuite. Rassurez-vous, c'est aussi du bio ;-) !

Menu Pineau (négoce), Vin de France 2009 : vin facile taillé pour les copains dont le cépage tombe malheureusement en désuétude dans la région. C'est un vin ouvert et légèrement minéral pour faire "plop" sans prendre rendez-vous.

Romorantin 2009 (négoce) : malgré 14,7 % d'alcool et la richesse qui se décline, le vin garde un bel équilibre sans tomber dans la lourdeur due au 7 grammes de sucre qu'il contient. S'en est même salivant et gourmand

Minéral + Montlouis 2008 : il porte bien son nom : tonique, minéral. J'aime beaucoup ce "sec/tendre" comme on l'appelle dans la région (13 g/l de SR)

Minéral + Montlouis 2009 : un équilibre un peu chaud qui confirme encore que 2009 est un millésime un peu trop riche en Loire surtout pour les blancs.

Vouvray 2008 (négoce) : la matière est dense et charnue, sur une trame de fruits jaunes et une pointe minérale. L'alcool est encore un peu perceptible et ne demande qu'à s'intégrer.

Frantz nous est apparu comme quelqu'un d'extrêmement passionné, de pointilleux et rigoureux. Son travail à la vigne est un exemple et les parcelles qu'il possède n'ont aucun secret pour lui. S'il fallait lui souhaiter une chose, c'est de trouver la voie d'un certain équilibre dans les élevages, puisqu'à ce jour, il cherche, tente de trouver le meilleur compromis.
Un grand merci à Frantz Saumon pour son temps passé avec nous en ce beautiful day !

Frantz Saumon
10 Rue Rocheroux 
37270 Montlouis-sur-Loire

Tel : +33 2 47 35 83 65/+33 6 16 83 47 90
@ : fsaumon@tele2.fr

DSC_0052

 

Retour à la page d'accueil