J'ai eu la chance ou plutôt l'immense privilège, de participer à une journée un peu particulière.

1B


Le domaine Ostertag qui souhaitait marquer le coup, avait invité quelques heureux amateurs de vins d'Alsace et professionnels pour ses 50 ans d'existence. Le genre de proposition qu'on ne peut refuser, vous pensez bien. Une journée passée à Epfig, qui n'allait pas me faire regretter l'aller et retour depuis ma Normandie et ce, malgré les bouchons parisiens qu'il a fallu passer. Peu importe...

50 ans, c'est jeune, mais c'est le commencement de la maturité. Adolphe Ostertag lance le domaine en 1959 avec sa femme Irma. Les premières bouteilles estampillées Ostertag arrivent avec le millésime 1966. 6000 bouteilles issues des 3 hectares familiaux et de 4 cépages, conséquence d'une bonnée année tant en qualité qu'en quantité...

2b

Le domaine a bien changé depuis : André arrive au domaine en 1979, Annie sa soeur en 1990. Une femme de l'ombre, mais ô combien importante, elle qui s'occupe de toute la partie administrative. Si aujourd'hui Irma et Adolphe occupent une retraite active au domaine, ce dernier s'est renforcé en compétences : Hubert Mathis, le grand chef de culture est embauché en 1997. Hubert Schaller, mari d'Annie se charge de la logistique dès 2004. Viennent ensuite en 2012 la jeune génération avec Thomas Larmoyer pour le commerce, Boris Kachelhoffer en 2013 dans les vignes pour assister Hubert Mathis et enfin,  Arthur rejoint le domaine en 2015 et avec lui, c'est la 3ème génération Ostertag qui s'installe. N'oublions pas Christine Colin, l'épouse d'André, qui met en lumière les cuvées du domaine grâce à ses étiquettes et toutes les autres petites mains, indispensables.
Ce sont désormais 14 hectares et 85000 bouteilles produites par millésime qui partent d'Epfig, partout dans le monde, tant la notoriété du domaine n'est plus à démontrer.

3b


Marcher, toucher, sentir, goûter, regarder, boire pour RESSENTIR. Récit d'une balade du Fronholz au Muechchberg.

Ressentir les lieux, c'est comprendre les terroirs

9h00 : café, viennoiseries, bonjour de rigueur et larges sourires s'affichent sur les trombines. En sera-t-il de même après les 9 kilomètres prévus ? 

 

L'acteur Aladin Reibel se charge avec un certain talent et bonhomie de lire les textes écrits par André Ostertag.

4b
Aladin Rebeil, Edwige Bourdy et Michel Glasko


Le Fronholz


Il est le commencement et la fin
La première et l'ultime lumière

Il est l'Un et le Multiple
Le Père et le repère

Il est la lame primordiale
Qui projette sa semence dans le ciel

Il est le sel de l'origine
Le quartz pétillant sous la langue

Il est la maison du vent
Suspendu au fil des nuages

Il est le guetteur solitaire
Qui de loin veille sur ses enfants

Terroir originel du domaine, c'est la terre d'Adolphe Ostertag qui l'a vu naître voici 83 ans. Le Fronholz est détaché des Vosges avec cette particularité de recevoir 10 minutes de soleil en plus par jour par rapport aux autres terroirs. Nous sommes ici sur l'un des lieux les plus chauds d'Alsace et pourtant, jamais il ne brûle car l'air circule. Orienté vers le piémont vosgien, ouest/sud-ouest, il est une rareté en Alsace qu'il faut souligner.

6b


3 zones composent le Fronholz : une première en partie haute, composée de sables siliceux et de quartz, donne des riesling tendus. Le quartz est la seule roche ayant résisté à l'érosion. La seconde en milieu de coteau faite d'argile siliceuse garde le soleil bien plus longtemps qu'ailleurs. Ici, les Vendanges Tardives prennent toutes leur mesure. La partie basse où les marnes calcaires s'encrent dans le sous-sol, sont favorables au pinot noir

5b
Argiles dans le Fronholz

Vins dégustés in situ : Riesling Fronholz 2014, frais et tendu, saveurs citronnées et salines en finale. Parfait pour le premier vin de la journée, d'une longue série... Gewurztraminer Fronholz 2014 et Pinot Noir Fronholz 2014, à la trame d'une belle mondeuse et granuleuse comme j'aime.    

9b
Irma et Adolphe Ostertag, première génération du domaine

16b
André et Arthur Ostertag, deuxième et génération poussante

 

Le Zellberg


Sève montante du matin
Vivace comme une eau claire

Grands corps immobile
Traversé par le soleil levant

Docile comme l'argile
Humble comme l'humus 

 Chapelle de chair claire
Ardente comme une prière

Refuge du méditant
Déployant ses ailes en silence

Imperturbable comme les racines
D'une montagne plus haute que le ciel


La montagne de l'Hermitage, fut un lieu de retraite pour les moines cisterciens de l'abbaye de Baumgarten. Levant vers l'est, soleil du matin précoce. Mélange d'argile, de calcaire et de grès, sol profond et riche, le mélange des 3 donne un sol étonnamment orangé. Planté auparavant de sylvaner, c'est désormais le pinot gris s'y plaît. 

Vin dégusté pour l'occasion : Pinot Gris Zellberg 2014

12b

Moments de vie chantés par Edwige Bourdy, soprano au large sourire pétillant. Sa voie raisonne dans les vignes et montre aux visiteurs venus du monde entier (pas moins de ... nationalités pour l'occasion) les facettes de la France qui sait vivre et festoyer. Accompagnée par l'accordéoniste Michel Glasko, ils forment un duo joyeux et réjouissant et les derniers nuages qui menaçaient sur cette journée s'effacent peu à peu. L'orage et la pluie prévus laissent place à un soleil chaud et perçant.

10b  11b 

 8b
Casse croute de compète !



Le Heissenberg


Muraille sud du royaume
Abrupte comme le granit de la soif

Gloire du soleil à son zénith
Bouillonnant d'écume gréseuse

Expansive comme la chaleur
Au coeur du principe d'incertitude

Brûlante comme la chair
Amarrée au ventre du désir

Astre solaire flamboyant
A l'indécente incandescence

Pulpe gourmande et feroce
Âpre comme une fleur de rocaille

Heissenberg pour Montagne chaude. Rayonnant de soleil, chaud et calorique, cette parcelle au confluent du grès (la terre est rouge par endroit) et du granit forme en quelque sorte une muraille avant d'arriver au Muenchberg par le sud.  Du fait de son exposition, les vins sont solaires et puissants. Le travail du vigneron consiste à faire plonger les racines des vignes pour aller chercher l'eau le plus bas possible, afin d'équilibrer les acidités. 

13b
Hubert Mathis, le chef de culture du domaine

7b

Vin dégusté : Riesling Heissenberg 2014. Puissant et riche, mais parfaitement équilibré, ce riesling se pare d'une belle minéralité tonique.

15b

14b

 

Le Muenchberg


Il y a ce lieu suspendu aux racines du ciel

A l'abri de la fureur et du bruit

Il y a ce lieu paisible comme un verger
Et tranquille comme un troupeau repu

Il y a ce lieu confortable comme une mère fertile
Où le ciel vient épouser la terre

Il y a ce théâtre de l'équilibre de l'âme
où brûle le feu souterrain et brille l'étoile de cristal

Il y a ce lieu unique et majestueux
Qu'un seul regard suffit à faire tenir entièrement dans nos coeurs

 

17b
La patience est toujours récompensée, le Muenchberg est en vue 

Quand vous arrivez au Muenchberg (montagne des moines) depuis le Heissenberg par le seul chemin pratiquable à pied, vous êtes loin d'imaginer ce qui vous allez trouver. En gagnant la partie haute du Muenchberg, le paysage change complètement. La vue est plongeante. Un arrêt auprès de la "reine mère", partie la plus ancienne du Grand Cru (80 ans) plantée de 11000 pieds de riesling à l'hectare permet de relativiser et de prendre un peu de recul sur le trajet que nous venons d'effectuer. Non pas que l'effort depuis le matin soit intense, mais cet amphithéâtre exposé plein sud vous aggripe. Grès et résidus volcaniques composent ce sol peu profond, où la roche mère est proche. La vache, c'est beau ! 

18b

La randonnée se termine sous un soleil de plomb, après avoir fait le tour du Muenchberg. Nous regagnons le point de départ à pied avec mes amis, comme pour mieux profiter encore une fois de l'énergie et de la magie des lieux. L'Alsace est décidément une terre que j'adore. Ces lieux ne sont pas sans me rappeler les balades faites avec ma grand-mère et mes parents, lorsque j'étais enfant. 

19b


Une petite douche et c'est reparti. La nuit promet d'être longue... Le domaine a mis les petits plats dans les grands. Pour débuter, la soirée commence tout d'abord par un atelier vins et chocolat, animé par le fantasque créateur et chocolatier Christophe Meyer de la
maison Christian à Strasbourg.

20b

Un atelier qui nous a permet de comprendre et de découvrir qu'il n'y a pas que les vins mutés pour accompagner un morceau de chocolat, mais qu'un vin sec assez jeune, de type Riesling, joue parfaitement l'accord avec un chocolat de noble origine. 

Christine Colin, l'épouse femme d'André, nous gratifie de gravures crées pour cette occasion spéciale. C'est Noël avant l'heure !

22b

 

21b

La roulotte four à tartes flambées de Thomas Wirth fume depuis un bon moment. Les premières flammekueche sortent et lancent parfaitement le versant culinaire de cette journée. Celui qui tenait auparavant un restaurant "flamms" comme on dit dans le coin, a repris du service derrière les fourneaux pour l'occasion. Un bonheur simple et craquant, que même Adolphe Ostertag ne boude pas.

23b

C'est le moment de présenter tous les acteurs du domaine, sans qui il ne serait probablement pas ce qu'il est aujourd'hui. Une équipe n'est rien sans individualités : à la baguette on retrouve André Ostertag bien évidement, mais il y a toutes celles et ceux qui cravachent au quotidien, connus, moins connus, dans les vignes, toutes ces petites mains. Ici, il n'y a pas d'ouvriers, il n'y a que des collaborateurs. Et à y regarder de plus près, ça ressemble plus à une famille qu'à une équipe...  

26b

Thierry Schwartz du Bistro des Saveurs et son équipe s'activent autour des barbecues pour préparer 2 plats : une échine de cochon fermier et pommes vendangeurs (cuites au vin rouge) et surtout, un incroyable veau fermier cuit en terre du "Gitzelbrunnen" et asperges grillées. Le dernier plat est très gouteux, une tuerie qui me verra me resservir, d'autant qu'il y a des asperges sauvages ! 

24b   25b

Fromages, puis nous retrouvons le chocolatier Christophe Meyer pour l'ultime étape culinaire, celle des desserts. Des vins, beaucoup de vins, ils coulent à flot pour notre plus grand plaisir : nous remontons le temps vers les débuts du domaine à coup de grands contenants et de cuvées parfois anecdotiques ou mythiques, en témoignent un certain "Fronholz sauvé de la grêle" ou encore un jéroboam de Muenchberg Vieilles Vignes 1992. Puis tant d'autres lors de cette nuit, où les standards musicaux des années 80 mettent une joyeuse ambiance.

25ba

28b
Boris Kachelhoffer présente un jéroboam de Muenchberg VV 1992

 

29b

 

Un grand, grand, grand merci à tous, collaborateurs, conjoints, amis et tous ceux qui ont oeuvrés à cette merveilleuse journée... Un merci tout particulier à André. Vivement dans 50 ans !

30bPhoto François Nussbaumer