Pour notre pèlerinage annuel, une bonne partie du club s'est retrouvée en Rhône nord, pour un voyage au cœur de la syrah. La première étape de notre périple avec les Maigremont nous conduit au cœur de la prestigieuse appellation St Joseph.

vignes
Vue des vignes de St Joseph et du Rhône depuis la Croix de Peygros

L'appellation s'étend sur une frange de 60 km de large et court sur environ 50 km, sur la rive droite du Rhône. Quelques 1080 hectares, répartis principalement sur le département de l'Ardèche (07) et dans une moindre mesure la Loire (42), composés pour majorité de Syrah (pour les rouges qui constituent 90 de la production, taillé en gobelet) et de Roussanne et Marsanne pour les blancs (taillés en guyot). Il est donc aisé de penser qu'il existe une grande disparité de domaines au niveau qualitatif et l'on trouve de tout : du mauvais et heureusement du bon.

St Joseph se situe à la limite de l'influence méditerranéenne, c'est à dire à la limite entre chênes verts et oliviers. Côté sols et suivant où l'on se situe, l'appellation se compose de roches primaires des contreforts du massif central (granit, gneiss, micaschistes) pour la partie terrasses ou bien de terroirs sédimentaires (calcaires et argiles) dans le cas de vignes plantées en plaines.

granit
Granit de Tournon

En terrasse, la vigne est en échalas (pieu servant à soutenir le pied de vigne) ce qui permet de planter un peu partout, surtout lorsque le terrain est escarpé et les pentes importantes. En plaine, elle est plantée selon la méthode plus classique dite du palissage (fil de fer).

hélico
Vignes plantées en échalas, dont les sarments sont regroupés en partie haute pour former un "pont".

La fanion bleu sur la gauche permet au pilote de se repérer lorsqu'il applique un traitement par hélicoptère.

Nous sommes au début de l'hiver. Sous un soleil magnifique et une température légèrement fraîche, Pierre Gonon nous accueille. Il dirige avec son frère Jean le domaine éponyme (son père s'appelait également Pierre). Quel bonheur de se retrouver ici, après un trajet la veille depuis notre plate Normandie long de quelques centaines de kilomètres ! Nous nous retrouvons dans les vignes du lieu dit "la Croix de Peygros", sur les hauteurs, entre Tournon et Mauves (Ardèche), berceau historique de l'appellation. La végétation y est diversifiée et les méandres du Rhône jamais très loin de la vue...

arbuste

 

cactus

Si aujourd'hui, le domaine n'emploie plus de produits de synthèses, il n'en a pas toujours été le cas. Pierre, le père de Jean et Pierre, actuellement à la tête du domaine depuis la fin des années 80, travaillait les sols. Puis comme pour suivre la tendance et la popularité naissante des vins du Rhône, les traitements ont faits leur apparition, pour n'être délaissés définitivement qu'en 2003. Désormais, l'ensemble des 10 hectares que compte le domaine est certifié en agriculture biologique depuis le millésime 2011. Seuls les traitements comme le soufre et les tisane sont admis. Les sols sont travaillés : à cheval quand c'est possible et au moyen d'un treuil et d'une charrue quand les pentes font tourner la tête ! 

treuilUn treuil, son moteur

 

charrue
et sa charrue

C'est Pierre Gonon qui se charge de nous en apprendre plus sur les vins de l'appellation, les sols, les traditions, la conduite de la vigne... Cela fait plus d'une heure que nous surplombons la ville de Tournon : il y règne une sensation étrange et pour le moins particulière. En contrebas, c'est la ville, avec tout ce qu'il y a de plus industriel : ses hangars, ses usines, ses rues bien passantes. Un brouhaha continu se fait entendre. De l'autre il y a ces vignes, ces arbres, ce soleil qui nous font oublier que quelques centaines de mètres plus bas, 10000 âmes y vivent ! Il y a une réelle impression de sauvage à la ville.

PGPierre Gonon

Allez, assez gambadé, direction la cave : il fait soif !

Le domaine propose aux amateurs 3 vins différents. 1 blanc en appellation St Joseph cuvée "les Oliviers" et 2 rouges : un Vin de Pays des Collines Rhodaniennes et un St Joseph.

St Joseph rouge 2010 : il s'agit d'un assemblage de plusieurs parcelles de l'appellation. Elles viennent d'être rassemblées en cuves inox, après avoir été élevées séparément en futs et attendent la mise en bouteille qui va intervenir dans quelques jours. C'est une syrah très nette qui délie sa panoplie d'épices et de thym. L'ensemble est longiligne, un peu serré mais ne manque pas de peps et d'arguments pour bien rentrer dans cette dégustation. Comment se situe ce millésime 2010 ? Réponse de Pierre Gonon : "c'est un beau millésime, mais il n'y a pas grand chose..."

Vin de Pays des Collines Rhodaniennes 2011 (sur fut). Droit sur un ensemble fumé et gourmand, même si le vin n'est pas encore épuré, on sent un joli potentiel.

St Joseph rouge 2011 (sur fut, vignes de 15 ans de la commune de Tournon) : le vin montre une prise de bois importante, mais pourtant, on a toujours affaire à cette ossature élégante, friande mais peut-être un peu plus légère que 2010.

St Joseph rouge 2011 (sur fut, vignes plantées après la première guerre mondiale sur la commune de St Jean de Muzols) : ces vieilles vignes permettent de vinifier une vendange entière (non égrapée) du fait de sa maturité. Le vin est subtil, longiligne, avec profusion d'épices. On sent une puissance contenue et une densité remarquable. Excellent !

St Joseph blanc 2011 (parcelle de l'Olivier, soutiré pour l'occasion) : 80 % marsanne, 20 % roussanne. Très beau fruit, éclatant et solaire. Un vin facile, souple et charmeur.

Nous poursuivons cette dégustation par quelques vins en bouteille.


St Joseph rouge 2008 : caractère très poivré, y compris en bouche, qui offre une souplesse plus prononcée. 2008 fût un millésime compliqué en Rhône nord, qui a engendré un tri drastique.

St Joseph rouge 2009 : magnifique vin, à la texture soyeuse, très équilibré, le plus complexe de tous ceux dégustés (thym, herbes aromatiques). Longue finale poivrée. Excellent

St Joseph rouge 2004 : cerise à l'eau de vie, tabac mais aussi tomates séchées. Bouche longue mais délicate. Bien

Voilà une matinée qui confirme tout le bien qu'on pensait des frères Gonon. Toujours dotés d'un bel équilibre, plutôt élégants, pas tapageurs, les vins proposent une silhouette élancée, pleine de fruit avec un fond des plus intéressant. Un seul petit problème : si l'on n'est pas client au domaine, il faudra faire un pacte avec un caviste pour trouver les vins, car les 30 à 40000 bouteilles produites annuellement partent trop vite !

Un grand merci à Pierre Gonon, pour ces 3 heures passées avec nous !

Pour quelques clichés supplémentaires sur ce périple, c'est ICI. Cliquez ensuite sur "Diaporama"

 

Domaine Pierre Gonon
34, avenue Ozier
07300 Mauves
+33 475 084 527
gonon.pierre@wanadoo.fr