Attendez vous au pire, à du lourd avec ce qui suit : ce repas dégustation proposé par Frédéric, fut à n'en pas douter, un très grand moment, aussi bien dans le verre que dans l'assiette. 

C'est le p'tit dernier à avoir rejoint la troupe de dégustation du cercle LPV Haute-Normandie. Plutôt discret, ouvert d'esprit, se remettant en cause sans arrêt, Fred est le bon copain que beaucoup d'entre nous rêverait d'avoir : gentil, soucieux du détail, il aime faire plaisir aux autres et surtout, ne se mettant jamais en avant ! 

Il avait choisi de nous faire plaisir, "souhaitant nous rendre la pareille" comme il le voulait. Grand merci à toi Fred, pour cette superbe journée, ponctuée d'éclectisme et de franche rigolade !

Let's go, parce qu'il y a un gros programme et le tire-bouchon commence à le démanger. Les vins sont servis à l'aveugle, seuls ou par paire, accompagnés du repas. 

 

Marsannay 2010 "les Champs Perdrix", domaine Marc Roy. Mise en route et comme dirait un copain, un premier vin parfait pour "créer le passage". Floral, élégant, quelques notes beurrées. Bouche très saline, assez longue et ciselée par une acidité tonique. Joli vin, sérieux et friand. Je ne connais pas le prix, mais si c'est une petite quinzaine d'euros, je peux me "laisser faire". Fred nous apprendra au moment de dévoiler ce que nous avions dans le verre que les malos ne sont pas faites sur ce vin. Pas franchement étonné vu l'énergie du jus. 

Assiette de charcuterie : lomo et jamón iberico de bellota, boeuf séché de wagyu et

DSC_5087

Chablis 2009 1er cru "Montmains" Thomas Pico. Le nez est absolument superbe : distingué et complexe, proposant des notes florales et une minéralité assez impressionnante (plus particulièrement de coquillages). En bouche, le vin répond parfaitement au nez et ne déçoit pas, avec un volume remarquable. Très beau vin, immédiat et sans concession. Un régal !
Chablis 2009 1er cru "la Forest" domaine Vincent Dauvissat. A côté du Pico, le Dauvissat fait pale figure. L'ensemble est verrouillé, sur quelques notes lactées et une bouche qui n'offre que des saveurs de caramel. Repris en fin de repas, le vin n'avait pas du tout évolué. A cacher au fond de la cave pour l'instant. 

Chablis 2010 Grand Cru Blanchot domaine Jean-François Raveneau (servi seul) : nez assez discret au départ, qui s'ouvre sur un ensemble de fleurs blanches et une touche anisée. En bouche, le vin est superbe : une pointe exotique, une tension et un volume de fou, sur une trame saline. Le longueur est en conséquence, même si le vin semble sur la réserve. Fond de verre sur des notes de rhubarbe. 
Superbe vin, qui a l'avenir devant lui !

Saint jacques réduction d'agrumes (citron, orange, pamplemousse) et

DSC_5092

Riesling 2006 Cuvée Frédéric Emile, domaine Trimbach : le nez ne trompe pas, évoquant pour commencer quelques notes terpènes qui mettent sur la route d'un riesling. Complexe, le nez est complété par des notes de citron, de caramel, de curry et de saphran. La bouche est droite comme un I et offre une rémanence des épices évoquées au nez. 
Vin à l'allure cistercienne, qui peut déstabiliser ou au contraire, emballer. Personnellement, j'aime beaucoup. 

Pour patienter... 
Saumur blanc 2011 "Arcane", château de Fosse Sèche : nez un peu "nature", olive verte. En bouche, l'écidité est détartrante, sur des amers prononcés. Pas emballé.  

Dos de cabillaud, lentilles et lard fumé et

DSC_5094

 

Côtes du Jura 2002 "les Vignes de mon Père", domaine Ganevat (savagnin ouillé élevé 130 mois). Nez légèrement "nature" encore, fumé, me faisant penser à une Mailloche récente de Stéphane Tissot. Bouche carressante, langoureuse, sur des touches citronnées et d'élevage (caramel). Bon vin, qui manque pour ma part d'un peu de volume, mais pas de caractère. 

Au passage, mention spéciale à Fred pour la cuisson parfaite du cabillaud ! Cuisson au micro-ondes, technique peu orthdoxe qu'il tient d'un cuisiner, mais diablement efficace. 

Nous changeons de couleur, pour attaquer la côte des rouges :) 

Quadrilogie de viande de boeuf de Matthias Paynel (jeune boucher à le Gros Theil, 27)

DSC_5100

Charolaise maturée 65 jours et
Mercurey 2012 1er cru "Clos des Champs Martin", Bruno Lonrenzon. Fruit assez primaire dans son expression (lisez jeune), bouche acidulée avec une pointe de verdeur, mais joli corps, fumé avec des tannins de bonne qualité qui ne demandent qu'à se polir. Vin équilibré et franc du collier, qui devrait apporter du plaisir dans quelques années. Merci Fred pour la découverte. 
Gevrey-Chambertin 2011 Vieilles Vignes domaine Marc Roy. Nez plus crémeux sur la rose et la groseille. En bouche, le vin est totalement délié avec une belle énergie. L'acidité est bien dosée, supportée par une longue finale poivrée et de cerises griottes. Beaucoup de plaisir !

5 vins sont servis seuls pour accompagner les viandes...

DSC_5098

Galicia 80 jours de maturation et
Morey-Saint-Denis 2008 domaine Dujac. Nez intense et ouvert sur des notes de fruits rouges acidulés et d'épices. Bouche à l'attaque incisive, s'appuyant sur une acidité sur le fil, offrant presque des saveurs de sous-bois. Le tout est d'une bonne longueur et le fruit fait son retour en final. Très bon vin, dans une phase déjà accessible. 

Chapelle-Chambertin Grand Cru 2011 domaine des Tilleuls. Nez jeune mais diablement séducteur, d'une grande profondeur, qui déploie tour à tour sa panoplie de fruits rouges et d'élevage. Bouche digeste mais assez discrète et de demi-corps, qui déroule sans faire de bruit un équilibre remarquable. Bonne longueur et retour du fruit en fin de bouche. Infanticide peut-être, mais encore accessible pour le moment. 

Nuits-Saint-Georges 2003 1er Cru "Clos des Porets" domaine Henri Gouges. On change de registre avec un nez plus mur, assez généreux pour tout dire avec des notes de chlorophylle marquées. Bouche riche et compacte et une finale qui sèche allègrement. 
Vin qui ne trahit pas le millésime dont il est issu et qui m'a fait partir à l'aveugle vers le Rhône sud plutôt qu'en Bourgogne. 

Charolaise maturée au Whisky et
Margaux 1986 Château Prieuré-Lichine. Le nez est poussiéreux au départ, mais ce défaut s'estompe rapidement pour laisser place à la panoplie habituelle du Bordeaux âgé et classe : fumé, orange, jus de viande et notes de poivron. Malheureusement, la bouche présente un défaut, avec amertume et un déséquilibre notoire. Dommage, car le nez était prometteur. 

Cornas 2010 Guillaume Gilles. Nez très "syrah", friand et gourmand sur la pivoine, une touche poivrée et d'épices. Bouche riche et ronde, offrant force et puissance contenue. Une belle syrah, déjà très ouverte et qui devrait s'afiner avec le temps. 

IMG_1334

Onglet de boeuf maturé 3 semaines et 
Saint Joseph 2009 Jean-Louis Chave. Profusion et explosion de petits fruits rouges et noirs au nez (groseille, myrtille, cassis...) et de cendre froide. Serais pas surpris d'être en présence d'une syrah granitique. Bouche gourmande et aérienne, à l'acidité salivante, supportée par un fruit compacte. Très bon vin, déjà accessible mais pratiquement incrachable ! 
Hermitage 2009 Jean-Louis Chave. Le nez offre une sensation de velours, un l'élevage luxueux et une étonnante acidité volatile. La bouche offre une réserve de puissance assez impressionnante, une pointe de rondeur, mais alors quel jus !! La finale est magnifique d'intensité et d'énergie. Grand vin, à l'aube de sa vie. A recroiser dans quelques années.
Merci Fred pour ce très beau duo.

Plateaux de fromages
1er service, déclinaison de fromages de chèvres.
Vin de France L2008, "Or' Norme" Un Petit Coin de Paradis, Etienne Courtois (sauvignon macéré). Vernis, acétate, pas du tout ma cam', désolé.
Sancerre 2008 "le MD de Bourgeois", Henri Bourgeois. Nez typique du sauvignon, explosif, peut-être un peu "too much". Mache calcaire en bouche, florale, offrant de jolies rondeurs. Pour amateur du genre, je suis moyennement convaincu. 

2ème service de fromages, les pâtes dures (Morbier, Comté 40 mois, Beaufort et tomme du pays-d'Enhaut)
Côtes du Jura 2008 domaine Macle. Sur une oxydation modérée, le vin déroule une certaine facilité, de fruits secs à coques et de curry. L'acidité élevée confère dynamisme et fait saliver la bouche. Bien connu des amis autour de la table, le vin est confortable et diablement efficace avec les fromages. 
Le plateau de fromages vient de prendre une sacré claque !

Gâteau aux fruits de saison et
Hocheimer Hofmeister 1986 Riesling Kabinett, Franz Hück. Aromatique exotique mais totalement sec. Pas trop mon truc.
Méthode Gaillacoise 2008 "Symphonie" domaine René Rieux. Ca fleur bon la pomme verte, équilibre demi sec, bouche généreuse et gourmande. Une jolie bulle pour rincer l'homme et terminer cette superbe journée.

06-07-2014 21-20-21

 

Merci à toi Fred pour ta générosité et ton hospitalité. Bravo pour tes talents de cuisiner et les accords qui allaient avec. En plus, à part 2 ou 3 vins sur 21, ça se goûtait parfaitement. Ce repas restera très certainement comme l'un des meilleurs souvenirs pour la bande haut-normande. Félicitations, tu peux dormir maintenant :)