Petite série de Pauillac, dégustés à l'occasion d'une rencontre avec les Maigremont. Chaque vin est bu seul, à l'aveugle et pour rappel, provient de nos caves respectives.

Club des Sommeliers 2006 (élaboré par Pichon-Longueville). Nez discret, fruits noirs, un peu d'élevage. Le jus semble comprimé et serré. Fin de bouche construite sur l'amertume. Moyen.

La Rose Pauillac 2004. Nez très fruité, avec un boisé en filigrane. Bouche mince et légère, manquant grandement de concentration. Bof

Château Colombier-Monpelou 2006. Nez fin et élégant, alliant un joli fruit à la juste maturité, épaulé par une élevage qui commence à s'intégrer. Bouche équilibrée, soyeuse, où le fruit fait son retour sur une finale de bonne facture. Bonne surprise. Bien ++

CM

La Rose Pauillac 2000. Nez crémeux, qui livre aussi un élevage plus ambitieux, pas tout à fait intégré. En bouche, la matière est suffisamment étoffée pour supporter encore ce boisé confortable. Pas tout à fait prêt mais presque, notons ici le retour réussi de la cave Cop' pauillacaise avec un millésime qui s'y prête bien. Bien

Château Pontet-Canet 2002. Le nez gagne en profondeur par rapport à ce que nous avons pu déguster jusqu'à maintenant. C'est ici l'aromatique du cabernet qui s'impose, avec un élevage soigné. Belle densité en attaque de bouche, longueur moyenne qui se relâche sur la finale. Pas d'émotions particulières, avec un vin certainement dans une phase austère. Bien fait, mais à revoir. Bien +

Château Pichon-Longueville 1999. La réduction disparait au profit d'un beau fruit rouge, expressif. On plonge ici vers un autre âge, avec des notes de boite à cigares, de thuya et d'encens. Bouche souple et déliée, monsieur le Baron affiche une longueur correcte. Bien+

Château Duhart-Millon 1999. Moins juteux que le Pichon au nez, un peu plus végétal, mais plus jeune et bien soigné. La bouche est saillante, puissante avec des tannins bien enrobés. Joli vin, qu'on peut attendre en toute confiance. Bien+

Château Haut-Bages Libéral 1990. Très joli nez, d'une belle complexité sur le graphite, la fraise et l'encens. Bouche dense et caressante, dotée d'une juste acidité, moyennement évoluée. Encore un joli vin, à boire ou à garder sans problème. Bien++

Une soirée agréable, où finalement Pauillac n'est pas si insurmontable que ça (entendez qu'il n'est pas besoin d'attendre un demi siècle de garde pour ouvrir la bouteille). Il est vrai qu'avec la liste de ce soir, nous n'avons pas tapé dans le haut du panier !

Retour sur table de l'ensemble des bouteilles du soir, avec devinez quoi ? Un cuissot de chevreuil !

cuissot