Quelques bouteilles rhodaniennes pour fêter l'entrée officielle dans l'automne : des blancs, mais surtout des rouges. Ca se passe à l'aveugle, les vins sont servis les uns après les autres. Let's go et merci à Saint Joseph d'avoir sponsorisé la soirée :)

Crozes-Hermitage blanc 2011 "les Pitchounettes", domaine Lucie Fourel : un peu de grillé au nez qui s'apparente à de la réduction. Joli jus en bouche, compacte et fruité, avec un trait végétal du plus bel effet. Simple dans son expression, mais assez efficace.

Hermitage blanc 2005 "Chante Alouette", Michel Chapoutier : nez complexe sur la graine de sésame, avec des notes de miel et de mazapan, flirtant avec une très légère oxydation (déjà ressentie sur cette même bouteille il y a deux ans). Bouche riche et généreuse, concentrée mais équilibré, longue et crémeuse, finale sur une pointe végétale. A garder encore et taillé pour la table ! Très bon.

Changement de couleur

Saint Joseph "Lautaret" 2005, Eric et Joël Durand : beaucoup de fruits rouges, sur une solide assise minérale et de senteur d'encre. Bouche sérieuse, équilibrée avec de la mâche et de la longueur. A point actuellement et parfait pour lancer cette série de rouges.

1

 

Saint Joseph 2009 "le Temps des Cerises", Stéphane Othéguy : nez ouvert et très floral, encore une fois des senteurs d'encre d'école et visiblement, peu de soufre à la mise en bouteille. En revanche en bouche, peu ou pas de plaisir du tout, la faute à une grosse sécheresse d'ensemble. A revoir

Saint Joseph 2011 "Deschants", Michel Chapoutier : nez sur le kirsh, très alcooleu. Bouche acide et dure. Aucun plaisir !

Saint Joseph 2009, domaine des Remizières : le nez est tout juste expressif, avec une pointe de fumé et de minéral. La bouche impose une acidité importante. Correcte, mais manque d'un petit supplément pour en faire un bon vin.

Saint Joseph 2010, E Guigal : celui-ci est consensuel, il pourrait plaire à un grand nombre. Fruits rouges, patine, acidité en finale. Correcte, sans plus.

Effet de séquence ou non, mais les trois derniers vins offrent peu de personnalité et le plaisir s'en ressent !

Saint Joseph 2009, Alain Graillot : fruit très net et d'une belle profondeur, de cerise et de vieux bois. Bouche soyeuse et gourmande, à la parfaite acidité. Un vin qui se montre à la fois sérieux et très buvable. Très bon.

2

 

Cornas 2005 "cuvée des Côteaux", Robert Michel : magnifique nez complexe, patina à l'ancienne, de cerises à l'eau de vie. En bouche, le vin s'exprime de façon "rocailleuse" si je puis dire, avec une forme d'énergie qui donne de la longueur à l'ensemble. Fin et délicat, semblable à un pinot bourguignon, il bénéficie d'une réserve de puissance non négligeable pour en faire un très bon voir un excellent vin.

Cornas 2006 "les Vieilles Vignes", Alain Voge : beau nez, à juste maturité. Très jolie bouche, au touché rond et soyeux, sur des saveurs de fruits rouges mais aussi de myrtille. Un vin à la limite "techno", frais et digeste et surtout, compagnon idéal au moment de passer à table.