Encore un bienfait du Mercato version vinicole ! Eric fait son entrée officielle dans le groupe. Il faut savoir que ce jeune "chercheur rêveur" comme il aime à se qualifier, est un habitué des sorties chez les vignerons avec les Maigremont. Il passe une bonne partie de son temps libre à courir (au sens propre comme au sens figuré) le monde entier !

Question vin, ce bourguignon, né tout proche du vignoble chablisien, nous explique ce qu'il recherche, mais aussi ce qu'il ne recherche pas du tout !

Bien

Eric_aime_bien

Pas bien

Eric_aime_pas

Prénom : Eric
Age : 33 ans
Tes débuts d’alcoolisme avec le vin ?  : à St Bris le Vineux, dans la cave des amis de la famille : Le grand père Verret tournait les bouteilles. Je trouvais cela intriguant et profitant de ce nouveau «jeux», j’ai pu déguster mes premières gorgées d’Irancy, de Chablis … j’avais 8 ans.

Termine les phrases suivantes

Si tu étais une bonne bouteille, tu serais : une bouteille découverte au fond de la mer dans un bateau échoué sur les côtes rocailleuses d’un pays de la Méditerranée depuis 200 ans. Si la bouteille est bonne, ce serait un miracle mais aussi une expérience extraordinaire. Restons sérieux, ce serait une bouteille de Jurançon – Folie de janvier (Domaine Cauhapé)

Si tu étais une région : pourquoi pas la Bourgogne puisque j’en suis originaire mais ce serait du chauvinisme. Ce sera l’Alsace, la seule région de France ou je me sens vraiment chez moi.

Si tu étais une couleur : couleur bordeaux avec des reflets velours

Si  tu étais une odeur : une odeur de mycose ? ;-) L’humus dans la forêt mêlé à celle des cèpes qui pointent sous les feuilles.

Si tu étais une saison (pourquoi ?) : le printemps car c’est le moment ou tout redémarre.

Si tu étais un souvenir (lié au vin, évidemment) : une rencontre surprenante: un petit « bouchon » lyonnais au pied de Fourvière dans lequel j’ai découvert la gamme complète des bouteilles de vin de Bourgogne (Picollo à Nabuchodonosor). J’étais comme un gosse dans un magasin de jouet.

Si tu étais un mets, un plat : un jarret de porc au riesling avec des carottes et des tomates confites (cuisson lente au Baeckoff, au moins 4 heures).

Si tu voulais recracher par terre, tu serais : un vin sans alcool ou un rosé tiède.

Si tu étais une musique pour savourer ton verre : la Traviata de Verdi ou l’album sans nom (IV) de Led Zeppelin

Si tu comparais ton vin préféré avec une femme, qui serait-elle ? Merryl Streep, une actrice élégante, pas facile à cerner, une personnalité très forte qui a su conserver l’essentiel au cours des années, comme un bon vin de garde.

Et une vilaine piquette, qui serait cette femme ou type de femme ? «Gros genoux» (elle se reconnaîtra peut être), le «poulpe» (elle aussi) et toutes les femmes qui se négligent, qui boivent du vin pour étancher leur soif.

Si tu comparais ton vin préféré avec un homme, qui serait-il ? Une star de Rock, déjanté les premières années (imbuvable), au top pendant de nombreuses années puis une loque pour terminer (madérisé, odeur de bouchon).

Et un mauvais gorgeon, qui serait cet homme ou type de d’homme ? Un homme politique, si possible un ‘spécialiste’ de l’interprétation des «droits de l’homme»

Si tu étais riche (ou encore plus riche), quelle folie t’offrirais-tu ? La cave d’un restaurant étoilé et un pétrus 1947, comme ça pour voir … 

Avec qui aurais-tu le plus envie de partager ton vin préféré ? Mes amis, Albert Einstein et Jimi Hendrix.

Et l’eau, tu aime ? !!! Oui, beaucoup. Gazeuse avec de fines bulles, peu minéralisée, pour « alléger » un bon repas. La meilleure eau, celle provenant de la fonte des glaciers sur les pentes du Perdiguère dans les Pyrénées ou au pied d’un sommet Corse

Et  comme on dit souvent, bienvenue au club Eric

Ajouter le blog de Maigremont à vos favoris

Retour à la page d'accueil