Un des avantages d'habiter en Haute-Normandie est qu'on est assez proche de Paris, sans en avoir tous les inconvénients. Nous voici partis pour la capitale et pour le Salon des vignerons Indépendants en cette fin novembre, porte de Versailles. Une petite heure et quart de voiture et hop. Nous arrivons dans l'énorme hall qui comporte cette année encore pas moins de 900 exposants ! Nous nous retrouvons avec quelques membres du CdM (lisez, Cercle de Maigremont) afin de : logo_

1 Taper la discute avec des vignerons (sympas si possible)
2 Goûter quelques vins et se faire une opinion des nouveaux millésimes.
3 Bien entendu, faire des découvertes et ramener un petit tour de France dans nos caves.

Nous sommes samedi, parés devant la porte d'entrée du hall, attendant qu'elle ne s'ouvre. Et oui, pour ce genre d'événement, il serait préférable de prendre un jour de congé en semaine, mais bon... nous sommes prêts à affronter la foule et les températures un peu chaude.
Au menu donc : Alsace, Jura, Corse, Gaillac, Bourgogne, Bandol, divers Bordeaux, sucreries de Loire et Sauternes

Je ne vous ferai pas un récit complet des vins dégustés, mais plutôt des on a "aimé/pas aimé" avec en plus un commentaire sur le maître/maîtresse des lieux.


Alsace

Hubert Reyser
Le personnage est bien en forme et possède un accent très local. Il est 10h15, Hubert Reyser vous accueille et vous accompagne déjà verre à la main pendant une bonne partie de la gamme.
Nous avons goûtés : Pinot Blanc 2005, Riesling 2004 du Sonnenberg, Pinot Gris 2004 Zahlberg : c'est bon mais ces vins semblent manquer d'un peu de caractère et de tension.
Par contre, ses cuvées "Vieilles vignes" (cuvée perso comme il aime à dire) sont plus travaillées et méritent plus de figurer dans votre cave.
En tous les cas, un personnage haut en couleur et d'une gentillesse attachante.

Domaine Jean-Marie Haag
Encore un alsacien comme on les aime. L'accueil est chaleureux et l'homme un athlète ! Contrairement à Hubert Reyser, lui est dans le Haut-Rhin, à Soultzmatt. Ce domaine a été remarqué par un membre de LPV. Nous voulions en avoir le coeur net.
Son Sylvaner 2005 est très bon. Son Riesling de base "Vallée Noble" 2005 à 7 € possède des notes muscatées et florales. Bon rapport Q/P. Le riesling 2005 Gd Cru Zinnkoepflé possède matière et longueur. Le Pinot Gris 04 Gd Cru Breitenberg est pas mal, ainsi que ses Gewurtz Gd Cru Zinnkoepflé 04 et 05 sur les fruits confits et exotiques. Ils ont une belle allonge ainsi qu'une bouche sérée. Vient ensuite une bouteille sans étiquette. M Haag nous dit qu'il vient de faire la mise en bouteille et qu'il n'a pas encore eu le temps de les étiquetter. Nous voici donc prêts à faire un petit jeu. Le nez est très confit, cire d'abeille, fumé. Le nez est très dense. J'adore. Je lance au patron : "Riesling SGN ?". Non non non, c'est un (accrochez vous) Sylvaner "Exception" 2005. En fait, M Haag a estimé que l'état sanitaire des raisins en 2005 étaient tels qu'il pouvait faire une Sélection de Grains Nobles (SGN) avec le cépage Sylvaner. Comme l'AOC Sylvaner ne permet pas de mettre la mention SGN, il l'a tout simplement appelé Sylvaner "Cuvée Exception". Pour mémoire, la mention SGN ne concerne que les "cépages nobles" soient les Riesling, Gewurtz et Muscat
J'ai un peu moins aimé le Pinot Gris 2005 "Vallée Noble" qui manque un peu d'expression
En tout les cas, une belle découverte avec ce domaine. On était bien là pour ça non ?

Loire

Domaine Figeat
Un petit tour par ce domaine qui présentait 2 Pouilly-Fumé : le Pouilly-Fumé 2005 avec des notes d'agrumes et de silex et un Pouilly-Fumé 2005 "cuvée prestige" avec une amplitude plus grande ainsi qu'un peu plus de gras.
Domaine assez intéressant, mais pas transçandant.

Domaine Laroche Moreau,
Domaine qui confectionne uniquement des vins dits "liquoreux" avec ses coteaux du Layon, Chaume et Quarts de Chaume. Ce domaine a encore de vieux millésime en vente pour des prix abordables. Mais voyons la qualité.
Le Coteaux du Layon 2002 est pas mal contrairement au 2003 qui lui est plutôt massif et lourd. Le Coteaux du Layon Chaume est banal. Le 94 en 1/2 sec manque de tonus. La Sélection de Grains Nobles 97 est par contre un très beau vin.
Ce n'est pas un domaine qui nous a convaincu. Peut-être parce que c'était l'avant dernier domaine visité de notre salon ?

Bourgogne/Jura

Domaine de la Pinte, Jura
Accueil très quelconque, limite "on l'emmer...t" : on va dire que l'on était des clients potentiellement potentiels pour lui. Pas bavard, donc peu de renseignements sur leur vinifs. Dommage
Dans l'ensemble, je suis surpris de ne pas trouver dans leur gamme des vins plus typés Jura : les non ouillés ne sont pas extrémistes ! Luc qui lui fait un "oedème" à la vue d'un seul oxydé, a même passé la gamme en revue sans rechigner ni grimacer ! Que l'adèpte du très oxydatif passe son chemin.
Bon les vins : le Chardonnay 04 est lui typé Jura et est pas mal. Le Côtes du Jura 04 vieilles vignes est superbe d'élégance. Autres vins goûtés : Melon à Queue rose 04, Arbois Savagnin 00

Domaine Nudant Jean-René, Bourgogne
Accueil archi nul ! Des vins trop chauds. Temps passé à ce stand : 2 minutes. Dommage, leur vins sont habituellement un exemple de richesse.

Provence/Corse

Chateau Pradeaux, Bandol
Je me faisais un plaisir immense de visiter 2 beaux domaines de Bandol. La palme de l'accueil le plus nul revient sans conteste à Pradeaux. Vous connaissez les smileys du petit bonhomme qui fait la tronche ;o(( ? Et bien oui, c'était notre homme. Dans ce cas, nous filons directement chez Lafran-Veyroles

Lafran-Veyroles, Bandol
Autre Bandol. 4 vins dégustés. En rouge, la cuvée tradition 04 se montre superbe de fraîcheur et de fruits noirs. Le 03 est sur un registre un peu plus grillé. La cuvée Spéciale est elle composée à 95 % de Mourvèdre. Le 04 (pourtant mis en bouteille il y a une semaine) est magnifique de densité, de longueur et surtout, déjà accessible : un régal ! Le 03 est qualitativement un peu inférieur au 04, mais possède sa propre personnalité. Le millésime 2004 à Bandol est magnifique : à encaver assurément et à garder pour de longues années à qui saura être patient.
La gentillesse et l'accent "chantant" de l'exploitant qui nous reçoit au stand, nous font passer un moment très agréable. Bravo

Domaine Cordoliani, Patrimonio
Ce domaine a été repris par Romain Perfetti il y a peu. Les rendements sont faibles. Il présentait l'année passée son 2003 au salon qui était son premier millésime. Je lui avais acheté quelques bouteilles en Patrimonio rouge qui se mariaient superbement avec des grillades estivales. Cette année, le 04 est plus aérien et possède des arômes de "bière". En tout les cas, un jeune passionné avec des idées pleins la tête.

Bordeaux/Sud-ouest

Château d'Escot, cru Bourgeois du Médoc
Mme Larrieux nous reçoit avec entrain et générosité. Revue complète de la gamme, même si nous sommes des convaincus.
3 cuvées, 2 terroirs différents, mais ayant toutes la mention de Cru Bourgeois.
Escot 04 : fruits noirs, tannique et bien structuré : bon, à attendre. Escot 03 : matière plus mure, mais aussi plus souple. Les Sorbiers 02 : fruits rouges, poivron vert. Les Sorbiers 00 : vin en pleine forme, élevage fin, notes de champignons et d'humus : très beau. Le Privera 02 : robe très dense, matière suave sur des notes de café avec une légère astringence. Bon et à attendre patiemment.

Château de France, Pessac-Léognan
Des vins servis trop chaud dont l'alcool est dominant. Vins présents : château Coquilles 04, de France 01 et 03.

Domaine René Rieux, Gaillac
Découvert il y a peu, je suis tombé sous le charme de sa méthode Gaillacoise doux "Symphonie" 2004. Un vin à bulle qui fait seulement 10 ° : l'archétype du vin gouleyant et binaire : 1 bouteille ouverte = 0 retour au frigo ! Sur la pomme et le miel avec un sucre résiduel bien dosé. Egalement un Gaillac moëlleux "Harmonie" 2004 pas mal fait et qui sur l'apéritif ou un foie gras passera sans aucun doutes. On y reviendra certainement l'année prochaine pour faire le plein et parler cuisine avec le grand monsieur très sympa.

Château La Tour Blanche, Sauternes
Accueil très froid : "c'est comme ça et pas autrement". Comme quoi, on peut appartenir au Ministère de l'Agriculture (sauf pour la vinif, chais et commercialisation) et... ! Il n'y avait que les Charmilles 04 (second vin) et la Tour Blanche 02, manquant un peu de compléxité. Le 2003 n'était dispo que pour la vente mais impossible d'y gouter car il en reste très peu. J'ai quand même acheté une bouteille. Car quand la Tour Blanche fait du bon, c'est magnifique.


Quelques 5 heures et 47 vins plus tard (mais on a tout recraché, sisi !), il est temps de retrouver les plancher de nos vaches normandes. Quelques belles rencontres, d'autres moins fortunées. Ce qui est sûr, c'est que nous y retournerons l'année prochaine.