On ne va pas faire comme tout le monde pour cette dégustation du mois novembre : le "bojo nouveau" a eu lieu il y a quelques jours. C'est quand même pas une raison pour qu'on se fasse mal avec un vin qui empeste la banane ou encore la framboise (a-t-on encore dit dans les médias) ;). Bon, les traditions, d'accord, mais il y a des limites. Alors, pour notre haute dose de gamay, on la prendra avec les crus du Beaujolais. Pour votre petite mémoire et pour savoir si vous savez compter jusqu'à 10, il y a : Brouilly, Chénas, Chiroubles, côtes de Brouilly, Fleurie, Juliénas, Morgon, Moulin à Vent, Régnié et St Amour.


Chateau_du_Moulin___VentCommençons d'abord par le 1 er vin. La robe est rouge orangée.
Le nez est assez discret, mais agréable sur les fruits rouges tels que la framboise et la fraise. Ca me fait un peu penser à de la Grenache de prime abord. Vous rajoutez par-dessus quelques notes de tabac blond et de pruneaux.
La bouche est très "bonbons anglais" avec une acidité marquée, un matière fluide et fuyante.
C'est un Moulin à Vent 2002 du château du Moulin à Vent "cuvée exceptionnelle".

La robe du 2 ème vin est violette.Antoine_Barrier
Le nez est très mince avec tout de même quelques notes de banane et de bonbon anglais.
La bouche est assez agréable sur la framboise avec une légère verdeure qui donne une petite finale amère.
Il s'agit d'un Julienas 2005 d'Antoine Barrier.

Domaine_des_Roches_du_PyLe vin suivant a une couleur déjà évoluée, rouge orangé.
Le premier nez est assez réduit, sur un registre animal. Il paraît ensuite se situer dans un style bourguignon et de façon expressive avec cassis, tabac, épices, poivre puis fruits rouges compotés. Joli nez.
La bouche est ample, sur les fruits rouges et possède une belle longueur.
Rien à dire pour ce beau vin qui est un Morgon 1998 du domaine des Roches du Py.

Le 4 ème vin est rouge brillant et transparent.Clos_de_Haute_Combe
Son nez est assez muet mais évoque quelques aromes terreux et de sous bois. Dans une moindre mesure, on percevra un peu de fraise.
La bouche est légèrement sucrée avec une touche de fraise. Mais l'ensemble n'est pas bon !
C'est un Julienas 2004 "Clos de Haut de Combes" de Vincent Andras.

Passetoutgrain_Chantal_LescureVin suivant (5 ème)
Couleur rouge tuilée.
Le nez est expressif : fraise, cassis, cuir : pas mal.
La bouche possède une matière serrée et dense avec une jolie finale sur les fruits.
Depuis la création du Cercle il y a presque 2 ans, personne n'avait osé faire une petite blague : c'est chose faite maintenant avec ce pirate ! Tout le monde est tombé dans le piège. En fait, c'est un Bourgogne Passetoutgrain 2002 du Domaine Chantal Lescure. Le Passetoutgrain n'a été produit qu'une seule fois par ce domaine et contient 70 % de Pinot noir et 30 % de Gamay.

Belle couleur viollette pour ce 6 ème vinChateau_de_Julienas
Nez : Rien si ce n'est fraise, mais à des kilomètres.
Bouche : Rien, sinon une certaine rétro de "Décap Four !"
Finale : alcoleuse.
Moralité : 0 + 0 = la tête à qui vous savez. Je n'ai jamais gouté un vin où il n'y avait rien à dire, si ce n'est RIEN.
Il s'agit d'un Julienas 2005, château de Julienas. Et pourtant, ce vin fut dans la rubrique "les valeurs sûres" de la RVF d'octobre 06. Comme quoi tout le monde peut se tromper ou bien il s'agit certainement d'un défaut de bouteille. On va dire ça comme ça...

JC_DebeauneL'avant dernier et 7 ème vin est rouge dense.
La nez est marquée par diverses épices et le poivre puis par la cerise et la fraise. C'est un peu alcoleu.
La bouche est encore une fois épicée mais est déséquilibrée, sans corps et termine amère. Bof !!
C'est un Moulin à Vent 2003, de Jean-Claude Debeaune.

Enfin, 8 ème et dernier. Domaine_de_l_Ouby
La couleur est évoluée, rouge/orangée avec de la matière en suspenssion.
Son nez et sa bouche sont bouchonné. C'était un Morgon 1998 du Domaine de l'Ouby, Desvignes Ainé & Fils.


Voilà une soirée bien triste et mince en jolies découvertes. Heureusement que le repas était lui à la hauteur : un superbe et énorme plateau de charcuteries diverses et variées. Et puis comme si Catherine pensait que l'on pouvait encore avoir faim après ça, il y avait un beau boeuf gros sel et ses petits légumes du jardin...

La prochaine rencontre de décembre sera oxydée ! Et oui, il nous faudra alors rencontrer les vins du Jura.