Dégustation du 25 février 2005 chez Luc et Brigitte

 

 

 

 

 

Etaient présents : Brigitte VH, Luc VH, David L, Philippe M, Gil B, Emmanuel G, Catherine G, Stéphane C, Frédéric B, Gildas P.

 

 

 

 

 

Tous les vins ont été dégustés à l’aveugle dans l’ordre ci-après et l’identité à été dévoilée avant de passer au vin suivant. Ils n’ont pas été carafés mais chambrés et servis frais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

HORS CONCOURS (Donation PM).

 

 

Domaine du Tariquet 2003, Chardonnay. Vin de pays des côtes de Gascogne

Nez : beurre, agréable mais peu expressif

Bouche : attaque fraîche, vive, acidité présente caractérisant la jeunesse du millésime.

 

 

 

 

 

 

 

 

DEGUSTATION A L’AVEUGLE.

 

 

Gilles Boutton, St Aubin 1er Cru « les Champlots » 2003 (11 €)

Au nez, des notes d’ananas, de compote de fruits blancs, fruits verts, de feuilles sèches. En bouche l’acidité est présente, jeune. Un bon potentiel pour ce vin

 

 

 

 

Louis Jadot,  St Aubin 1995 (18 €)

La couleur a des reflets dorés. Nez intense, explosif, animal, pétrolé, de pierre à fusil voire de varech  pour certains. En bouche : un « beurk » à droite, des grimaces à gauche, bref, quelques chose de pas  agréable du tout => première récolte pour l’évier de Brigitte et Luc.

 

 

 

 

Bitouzet-Prieur 1999, Meursault Charmes 1er Cru (34 €)

La couleur est jaune pâle, claire. Le nez est pétrolé, organique, complexe. Une attaque ronde. C’est l’explosion en bouche puis s’arrête brusquement.

 

 

 

 

Olivier Leflaive 1999, Meursault, Manoir des Sétilles (25 €)

La robe est claire. Le nez est agréable, subtil, organique sur des nuances de vanille et de miel d’acacia. La bouche est puissante, acide et mérite de s’arrondir en vieillissant. Une bonne longueur.

 

 

 

 

 

 

Chartron et Trébuchet 2001, Chassagne-Montrachet (28 €)

Robe claire. Le nez est organique. L’acidité et l’alcool sont présents. Paraît déséquilibré. Présence de citron et pamplemousse.

 

 

Domaine Rougeot 2000, Saint Romain 1er Cru « Combe Bazin » (11€)

 

Couleur claire, paille. Nez complexe, agréable, rond, sur les fruits. Quelques notes boisées. La bouche est acide, agrumes, pommes vertes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une dégustation très décevante pour l’ensemble,  ces vins présentant une acidité certaine et la bouche est parfois désagréable. Egalement une saturation rapide des papilles. A boire non accompagné, c’est difficile. Mais ils se sont un peu révélés avec le repas (pain de poisson, riz  et saumonette)

Nous ne sommes visiblement pas les seuls a être déçus d’une telle soirée (voir ce site) :  Beaune blanc